Sylvain Groud / Collusions / Un pari osé... et réussi !

Cie sylvain groud collusion belafilms 2009 04 1Cie sylvain groud collusion belafilms 2009 05

Sylvain Groud :

.

.

Ph. Belafilms

.

Un pari osé... et réussi !

 

Cela frisait l'inconscience. Car réunir et mettre en scène 140 danseurs amateurs et 7 professionnels sur un même plateau durant quasiment une heure tout en réalisant un spectacle digne de ce nom relevait de la gageure. "J'avais envie que tout l'espace, depuis le sol jusqu'aux passerelles métalliques situées en hauteur, soit rempli par le son et la danse. Je voulais que le public soit happé par le dub* et le mouvement, traversé et même submergé par les couches de musique", nous dit Sylvain Groud... S'il y est parvenu, au delà de ses espérances dirais-je même, ce n'est bien sûr pas d'un coup de baguette magique, et l'on imagine le travail - quelque 180 heures au total - et les trésors de patience qu'il a fallu déployer pour en arriver à ce résultat ! Il est vrai que la musique dub-techno très rythmée de Molécule y était aussi pour quelque chose. Encore fallait-il la maîtriser et l'utiliser à bon escient, ce que Sylvain Groud a su admirablement réaliser en répartissant ses interprètes en 6 groupes et en les mixant comme tout bon DJ. Tout l'attrait de cette nouvelle version de Collusion** vient en fait tant de la mise en scène que de la mise en mouvement de masses humaines sur des rythmes extrêmement variés qui, du fait d'une chorégraphie pas trop alambiquée, se meuvent avec un ensemble quasiment parfait. D'où un effet de masse saisissant. L'effet de surprise est d'ailleurs donné dès le début de l'œuvre lorsque des hordes humaines sortent comme des crabes des dessous de la scène pour envahir le plateau, la salle et même les cintres. Plus tard, le croisement de ces hordes, voire leur interpénétration donneront également lieu à de fascinants moments de flux et de reflux, à l'instar d'une mer démontée. Une danse puissante, sensuelle, généreuse, en osmose totale avec une musique d'un éclectisme extrême au cours de laquelle les lignes mélodiques alternent ou se mixent avec des voix, des chants ou des cris d'animaux, le mugissement du vent, l'écoulement du sable, la chute de gouttes d'eau... Ce qui n'empêche pas également Sylvain Groud de faire preuve de temps à autre d'originalité dans sa mise en scène, demandant par exemple au début de la représentation à ses interprètes de se déchausser et d'aligner leurs chaussures en front de scène... Elles y resteront d'ailleurs jusqu'à la fin du spectacle. L'histoire ne dit pas le temps qu'il aura fallu à chacun d'eux pour les retrouver !

J.M. Gourreau

CollusionS / Sylvain Groud, Théâtre de St Quentin en Yvelines, 31 Mai 2014.

Cette version sera redonnée avec des jeunes résidents de l' l.M.E. (Institut Médico-Educatif) à MA, scène nationale à Montbéliard, dans le cadre du festival Green Days le 6 juin 2014.

 

*Le dub est un genre musical issu du reggae jamaicain, un remixage réalisé en temps réel par des ingénieurs du son à partir de bandes magnétiques. Il met en particulier en avant la partie rythmique et la basse à l'aide d'une console de studio multipiste. La présence intermittente des autres instruments est réalisée par des coupes de piste puis des réouvertures de cette même piste. Le dub connaît son âge d'or entre 1972 et 1984. En 1989, une nouvelle impulsion lui est donnée par le mariage avec certaines sonorités de la musique électronique. Quelques groupes de musiciens britanniques développent alors un son plus radical et plus violent que le dub originel, en utilisant des tables de mixage, des boîtes à rythme et des synthétiseurs. D'où la particularité de cette musique de pouvoir être jouée avec des machines, par un groupe en live, ou uniquement par un DJ qui mixe ses vinyles. Il peut ainsi en résulter une musique sobre et épurée ou, au contraire, complexe du fait de sa richesse instrumentale.

** La première version  de Collusion est une commande de l'Adami de novembre 2011 pour le télérama dub festival, au Centquatre à Paris.

 

Sylvain Groud / Collusions / St Quentin en Yvelines / Mai 2014

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau