Thomas Chopin / Le charme de l’émeute / Un "charme" qui remet en question

Chopin thomas le charme de l emeute 10 th de la cite universitaire 17 01 20Chopin thomas le charme de l emeute 14 th de la cite universitaire 17 01 20Chopin thomas le charme de l emeute 04 th de la cite universitaire 17 01 20

Photos J.M. Gourreau

Thomas Chopin :

Un "charme" qui remet en question


Thomas chopin a 8456433S’il est un sujet d’actualité brûlante, c’est bien celui des émeutes. On songe bien sûr à celles de mai 68, à celles des Gilets jaunes ou, à l’heure actuelle, à celles de la réforme des retraites. Mais les révoltes qui ont motivé et déterminé Thomas Chopin à s’emparer de cette thématique  ne sont pas tant celles-ci que celles du "Printemps arabe" en Tunisie, en Jordanie et en Egypte en 2011, voire celles d’Ukraine en 2014, lesquelles ont abouti à la chute du pouvoir en place. Née de la contestation, cette problématique existe cependant depuis la nuit des temps avec plus ou moins d’acuité, impliquant, suivant le sujet, des effectifs et des moyens plus ou moins importants, avec des résultats éminemment variables. Or, la question que s’est posée le chorégraphe est celle de savoir quelles en étaient les conséquences, et s’il était judicieux de s’y laisser embarquer. Le charme de l’émeute apporte quelques éléments de réponse à cette question cruciale. Aujourd’hui en effet, les révoltes sont devenues un problème récurrent dans notre société, "un langage pour ceux qui n’ont pas accès à la parole ou à la représentation politique, les jeunes et les pauvres", nous rappelle le chorégraphe. Les crises tant politiques qu’économiques ont pour effet de réveiller le chat qui dort et de soulever les foules. Rien qu’en 2013, pas moins de 2000 émeutes ont ébranlé notre monde, par ailleurs déjà bien malmené…

CaptureChopin t 01Cdl tc 15 sur 47 web

 

 

Photos et photo du portrait de T. Chopin : C. Beauregard

 

 

Curieusement, la pièce de Thomas Chopin débute par une sorte de mascarade, les danseurs s’étant affublés de masques évoquant le carnaval, déguisements plus terrifiants les uns que les autres, celui de la mort étant bien évidemment l’un des plus glaçants. Or, il faut savoir que, déjà à l’époque de Molière, les carnavals étaient interdits car fréquemment générateurs d’émeutes. Bien que ces carnavals soient le plus souvent sujets à des rassemblements festifs, il n’était pas rare, par souci du maintien de l’ordre, que ces agapes se terminent encadrées par la maréchaussée… Il est vrai que ces élans joyeux, pacifiques à leur origine, dégénèrent sous l’impulsion de paroles malheureuses, des vociférations qui fusent, de mouvements d’humeur qui s’aggravent et se transforment en violence au fil de l’action et du temps.

Chopin thomas le charme de l emeute 21 th de la cite universitaire 17 01 20Chopin thomas le charme de l emeute 07 th de la cite universitaire 17 01 20 1Chopin thomas le charme de l emeute 19 th de la cite universitaire 17 01 20

C’est tout cela qu’évoque platoniquement le chorégraphe avec beaucoup de fatalisme, par le truchement de cinq danseurs profondément engagés, au travers d’une chorégraphie percutante, pleine de mesure et de retenue mais mordante, laissant tout de même une certaine place à l’improvisation, permettant ainsi à l’instinct spontané des interprètes de ressurgir suivant leur état d’esprit et le ressenti du moment. Une chorégraphie sans emphase, précise, mêlant théâtre et cirque à la danse, dans laquelle le naturel prend le pas sur la sophistication. Thomas Chopin a eu en effet l’occasion à  plusieurs reprises d’observer le comportement de ces êtres qui engagent corps et intellect pour obtenir gain de cause, sans se soucier des conséquences immédiates que leur actes, bien que profondément humains, pourraient engendrer à leur encontre. Des affrontements d’ailleurs plus suggérés que réellement exécutés, suffisamment lisibles pour engager la réflexion chez le spectateur. Une création qui est la suite logique de sa pièce précédente, Ordalie, quatuor qui "interrogeait la capacité de l’individu à se régénérer par la prise de risque" et qui met en avant la volonté de l’Homme d’asseoir son désir d’indépendance, sa soif de liberté face à un ordre établi, qu’il se voit contraint de transgresser en engageant collectivement son âme et son corps dans une bataille dont il ne ressortira pas nécessairement victorieux. Certes, l’émeute est nourricière et forge l’homme à vivre en société. Mais peut-on réellement trouver un quelconque charme à ces manifestations libératoires parfois génératrices de mort ?

J.M. Gourreau

Le charme de l’émeute / Thomas Chopin, Théâtre de la Cité Internationale, Paris, dans le cadre du festival « Faits d’hiver ».

Pièce créée à Nantes le 14 janvier 2019.

.

 

 

Thomas Chopin / Le charme de l’émeute / Cité internationale Paris / Janvier 2019

Commentaires (3)

thomas chopin
  • 1. thomas chopin | 22/01/2020
Ordalie est un quatuor et non un solo
thomas chopin
  • 2. thomas chopin | 22/01/2020
Ordalie est un quatuor et non un solo
thomas chopin
  • 3. thomas chopin | 14/02/2020
Bojour Jean-Marie, pourriez vous me contacter par mail svp. Merci. Bonne journée. Thomas

Ajouter un commentaire