Ushio Amagatsu / Umusuma / Aux origines de la vie

img-3317-photos-sankai-juku.jpgumusuna-2701photos-sankai-juku.jpgumusuna-sankai-juku.jpg

Photos Sankai Juku

Ushio Amagatsu :

Aux origines de la vie

 

Un univers minéral de sable doré. De celui qui forme l’immensité des déserts. De celui dans lequel on peut lire l’histoire. De celui qui s’écoule des cintres et des deux sabliers polyédriques cordiformes qui accompagnent l’Homme dans ses pérégrinations, symboles d’un temps révolu. Car ce que nous évoque Ushio Amagatsu dans Umusuna, mémoires d’avant l’histoire, c’est la naissance de la vie et, partant, celle de l’Homme, un thème cher au chorégraphe. Et ce, en revenant toujours aux sources de la matière, la terre, l’eau, l’air et le feu, les quatre éléments qui, selon Empédocle*, sont les seuls et uniques composants de l’univers.

Créée en septembre dernier dans le cadre de la 15ème biennale de la danse à Lyon, cette œuvre, d’une pureté et d’un dépouillement propices à une profonde méditation, s’avère à nouveau un rituel, toutefois moins ésotérique et moins mystérieux que les précédents : tout en effet y est très lisible, le chorégraphe transportant au début de l’œuvre son public aux sources des temps, dans le chaos universel, un univers minéral au sein duquel les éléments s’affrontent dans un grondement sourd terriblement angoissant. Des laves refroidies naîtra la vie, végétale d’abord sous la forme de roseaux balancés par les vents, animale ensuite, les œufs éclosant un à un sous les rayons ardents du soleil. « Umusuna » ne signifie t’il pas prendre naissance de la terre, voire du néant ? L’ambiance, la chaleur, la puissance des mouvements qui se dégagent de la chorégraphie, le bouillonnement intérieur de chacun des danseurs envahissent l’espace scénique, provoquant chez le spectateur une sensation de bien-être dans l’infini, l’invitant à rechercher quelque chose de plus grand, de plus profond qu’il ne peut cependant pas voir. Ces êtres totalement intériorisés engendrent une force qui rejoint celle distillée par le spectateur. C’est de cette rencontre, de la fusion de ces énergies isolées que s’instaure un dialogue qui, en se sublimant, permettra au spectateur de se projeter à l’origine des temps.

J.M. Gourreau

 

Umusuna, Mémoires d’avant l’histoire / Ushio Amagatsu et Sankai Juku, Théâtre de la Ville, du 2 au 11 mai 2013.

 

* Philosophe et médecin grec qui vivait à Agrigente au 5ème  siècle avant notre ère, et qui eut une grande influence sur Platon.

Ushio Amagatsu / Umusuma / Théâtre de la Ville / Mai 2013

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau