William Forsythe / Sider / A court d'inspiration?

 

sider-03-david-kern-brigel-gjoka-et-ander-zabala-dominik-mentzos.jpg

                                                                             Photo D. Mentzos

William Forsythe :

 

A court d’inspiration ?

 

Qu’est-il donc arrivé à William Forsythe, lui qui nous avait habitués à des pièces d’une imagination chorégraphique débordante, des pièces de danse pure empreintes de classicisme, alliant toutes les techniques des arts du spectacle avec une maestria inouïe, et qui, au travers d’elles, a redonné une nouvelle jeunesse et de nouvelles lettres de noblesse à la danse classique ? Rien de tout cela dans sa dernière œuvre, Sider, d’une platitude navrante : aucune véritable variation, aucun enchaînement, aucune figure forçant l’admiration, aucune inventivité, mais des danseurs semblant tantôt jongler entre eux, tantôt indifférents les uns aux autres, en promenade ou au repos, jouant à pousse-pousse avec de grands panneaux de carton en réalisant des voltes et des chassés-croisés, les faisant pirouetter, glisser ou tourner en l’air comme une bande de gamins désœuvrés…

Et pourtant, l’intention du chorégraphe au travers de cette création était on ne peut plus louable, à savoir « connecter le rythme du mouvement au langage élisabethain du XVè siècle ». Si l’habillement de certains des interprètes, leur collerette godronnée en particulier, pouvait faire penser à l’Angleterre élisabethaine, d’autres au contraire, avec leur passe-montagne ressemblaient davantage à des bandits de grand chemin que l’on n’aimerait pas croiser sur sa route… Leur danse, par moments acrobatique, avec ses nombreuses cambrures, césures, torsions et désarticulations, par moments volontairement hésitante et confuse, donnait lieu à quelques rares instants assez fascinants mais trop brefs et peu développés. Il n’y avait aucune évolution entre le début et la fin de l’œuvre, si bien que l’ennui s’instaurait dès les premières minutes du spectacle. Aussi consternant que sider-ant…

J.M. Gourreau

 

Sider / William Forsythe, Théâtre National de Chaillot, Décembre 2011.

William Forsythe / Sider / Théât

Commentaires (1)

1. Zonoutza 28/03/2012

Bonjour,
je n’ai malheureusement pas pu assister à cette présentation… Dans le cadre d’un devoir universitaire sur Forsythe et d’autres chorégraphes, j’analyse les début de pièces chorégraphiques contemporaines. Pourriez-vous m’indiquer comment commence la pièce? Y a t-il des danseurs sur le plateau quand le public entre dans la salle, de la musique? Les rideaux sont-ils ouverts ou fermés?
Des danseurs se trouvent-ils dans le public?
Merci d’avance.
Lucie Zonoutza

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau