Yacobson Ballet / Vassili Vainonen / Casse-Noisette / Perfection russe

Casse noisette 02Casse noisette 03

.
.

.
.
.
. Photos Yacobson Ballet
.
.

.
Yacobson Ballet :


Perfection russe

 

 

Voilà un Casse-Noisette d'une beauté à vous couper réellement le souffle, tant sur le plan esthétique que sur celui de l'interprétation. Un bijou dans un écrin. Tout est parfait, trop même, surtout lorsque l'on  sait que cette compagnie ne se produit pas dans son théâtre attitré. Une féérie spectaculaire aux tons pastels, toute en transparence, comme Dumas et Hoffmann en auraient rêvé, grâce aux designers Vladimir Firer et son fils, Alexander Khramtsov. La version qui nous a été proposée, celle de Vassili Vainonen, date de 1934 et n'est plus dansée aujourd'hui que par les élèves de l'Académie Vaganova de Saint-Pétersbourg et par le Jacobson Ballet, ainsi que, plus rarement désormais, par le Théâtre Mariinsky qui lui préfère la version plus moderne de Mikhail Chemiakin. Très influencée par celle de Marius Petipa à laquelle elle reste cependant assez fidèle, la version de Vainonen en diffère notamment par la disparition d'un personnage, celui de la Fée Dragée, rôle qui, pourtant à l'origine, était le seul à être tenu par une danseuse étoile du Théâtre impérial.

Vainonen est un pur produit de l'Ecole impériale de ballet du Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Très respectueux des traditions, il a conçu pour cette œuvre une chorégraphie illustrant parfaitement le propos et, surtout, d'une grande légèreté, bien qu'elle fasse appel à des pas et figures sophistiqués, manèges de grands jetés et entrechats six notamment. Mais tous les interprètes s'en sont saisis comme s'il s'agissait d'un jeu d'enfant. Quasiment à la perfection... S'il fallait toutefois émettre quelque réserve, je dirai quand même que, dans la version qui m'a été donnée de voir, les distributions changeant à chaque spectacle, le prince, alias Artiem Pykhachov, me parut manquer un peu de légèreté, surtout aux côtés de Svetlana Smirnova en Clara (en fait, Masha dans cette version). Critique cependant négligeable au regard de la perfection technique, du brio, du lyrisme et de l'élégance des autres membres de la troupe.

Mais ce qui emporta surtout l'adhésion du public et son enthousiasme, ce fut la magnificence des décors et la splendide interprétation de la partition orchestrale enregistrée, sans doute par l'orchestre du Mariinsky. Un enregistrement tellement parfait que chaque instrument était audible et, surtout, en parfait accord avec les autres instruments de l'orchestre. Quant aux décors, exit les toiles sombres et poussiéreuses de la création pour faire place à des décors et costumes somptueux et d'une richesse inouïe, traduisant parfaitement le faste d'une maison bourgeoise de la Russie du 19ème siècle d'une part, l'atmosphère éthérée des paysages animant les rêves de Clara d'autre part. Voila une compagnie que l'on aimerait voir plus souvent... La saison prochaine dans ce même lieu peut-être ?

J.M. Gourreau

Casse noisetteCasse noisette 04Yacobson ballet casse noisetteCasse-Noisette / Vassili Vainonen et le Yacobson Ballet, Opéra de Massy, du 29 au 31 Janvier 2015.

Yacobson Ballet / Vassili Vainonen / Casse-Noisette / Massy / Janvier 2015

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau