Danièle Desnoyers / Duos pour corps et instrument / Quand les danseurs créent leur propre musique

Desnoyers d duos pour corps et instruments 10 cnd pantin 13 02 15Desnoyers d duos pour corps et instruments 12 cnd pantin 13 02 15Desnoyers d duos pour corps et instruments 04 cnd pantin 13 02 15

Ph. J.M. Gourreau

Danièle Desnoyers :

Quand les danseurs créent leur propre musique...

 

C'est à un étrange dialogue que nous convie la chorégraphe canadienne Danièle Desnoyers, une œuvre étonnante qui met en scène trois danseuses créant elles-mêmes, à partir d'installations sonores spéciales, un effet Larsen dont elles vont s'inspirer pour danser. Un effet sonore parasite, habituellement fort désagréable, qui se produit lorsque, par exemple, on approche un micro d'un haut parleur ou un téléphone portable près d'un micro. Le son émis par l'émetteur est capté par le récepteur qui le retransmet à son tour amplifié à l'émetteur. Les "sifflements" et crachotements qui en résultent augmentent progressivement en intensité jusqu'à atteindre les limites du matériel utilisé, avec le risque de l'endommager ou, même, de le détruire, voire de déchirer les tympans de l'auditeur...

Créé en 2003 en coproduction avec le musée d'art de Monréal, Duos pour corps et instruments, pièce fétiche de la chorégraphe, interpelle et attise la curiosité plus qu'elle ne séduit. Un univers pourtant ludique, an sein duquel trois interprètes, plus remarquables les unes que les autres, ont réellement l'air de s'amuser, de se "passer" le son comme un ballon, de renchérir les unes sur les autres, de chercher à transmettre leur plaisir - non sans espièglerie - aux spectateurs qui les entourent. Un travail instinctif sur la matière sonore qu'elles vont malaxer et pétrir avant de la transformer en mouvement, exercice qui va alterner avec la projection d'images fort sensuelles de jeux de jambes en mouvement sur l'un des murs de la salle. Mais les sons émis et renvoyés par les haut-parleurs ne s'avèrent pas toujours assez diversifiés pour engendrer des phrases chorégraphiques suffisamment conséquentes pour retenir l'attention, si bien qu'au final, ce n'est plus le mouvement qui se trouve être le centre d'intérêt de l'oeuvre mais bien la richesse et l'éventuelle diversité du langage musical qui sera élaboré. Un travail "expérimental" qui n'en est pas moins remarquable mais totalement aléatoire, laissant entièrement place à l'improvisation, tant sur le plan musical que chorégraphique, performance dont il est totalement impossible de prévoir le résultat. Or celui-ci peut s'avérer réellement génial ou, à l'inverse, abscons et dénué de tout intérêt...

J.M. Gourreau

Duos pour corps et instrument / Danièle Desnoyers, CND Pantin, du 11 au 13 février 2015.

Danièle Desnoyers / Duos pour corps et instrument / CND / Pantin / Février 2015

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau