Akram Khan / Until the lions / Grande halle de la Villette / Décembre 2016

Akram Khan / Until the lions / Sauvage et inquiétant

Akram Khan:

Sauvage et inquiétant

 

BhishmaAkram Khan n'a pas usurpé sa réputation: sa dernière création, Until the lions, est une œuvre qui tient le spectateur en haleine jusqu'à son issue. La trame de l'histoire est tirée d'un conte du Mahabharata, grand poème épique de la mythologie  hindoue datant des derniers siècles avant J.-C. qui a baigné l'enfance du chorégraphe. Créé à Londres en janvier dernier, Until the lions évoque l'histoire d'Amba, fille du roi de Kashi, enlevée le jour de son mariage avec ses deux autres sœurs, par Bhîshma, un guerrier redoutable, fils du roi Kuru. Celui-ci souhaite en effet les donner comme épouses à son demi-frère Shalva. Ce dernier, apprenant qu'Amba était déjà mariée, la répudie. Blessée et humiliée, Amba invoque le dieu Shiva qui lui promet qu'elle parviendra à vaincre Bhîshma, mais dans une autre vie. Amba se suicide alors par le feu et renaît sous la forme d'un homme, Shikhandi qui parviendra, avec l'aide de son double (son âme) Arjuna, à tuer Bhîshma, sous l’égide d’une tête de mort fichée sur un bâton, une avalanche de flèches déferlant sur la scène.

Voilà une œuvre qui s’avère remarquable par sa lisibilité (il faut toutefois avoir lu le programme avant la représentation…), sa chorégraphie originale et puissante et son éblouissante interprétation par Ching-Ying Chien, Christine Joy Ritter et Akram Khan lui-même.  Mais c’est surtout la conception scénographique de Tim Yip qui est fascinante de par son approche et son inventivité. La collaboration de ce décorateur et costumier chinois avec Akram Khan n’est pas nouvelle puisqu’on lui doit également les décors de Desh (voir l’analyse de ce spectacle dans ces mêmes colonnes). Pour Until the lions, Tim Yip a imaginé un plateau circulaire évoquant la coupe horizontale et fissurée du tronc d’un arbre immense avec ses cernes de croissance, sur lequel vont évoluer les danseurs, plateau qui, au cours des évènements, va se fendre puis se soulever en divers endroits tout comme la coupe d’un tronc en train de sécher. Ce qui est d’ailleurs la réalité puisque du feu couve à l’instar d’un volcan au dessous de ce tronc géant, laissant échapper ses fumerolles par les fentes qui s’entrouvrent. L’effet est saisissant.

Cela dit, quatre musiciens et chanteurs rythment les affrontements, combats, courses désespérées et duos sauvages mâtinés de kathak comme seul Akram Khan sait en concocter. Si la gestuelle de ce dernier, alias Bhîshma, avec ses tours vrillés est vigoureuse et empreinte d’une violence sourde mais contenue, celle de Ching-Ying Chien qui incarne Amba est en revanche simiesque et primitive, reflétant l’attitude d’une femme soumise mais révoltée intérieurement, ressassant sans fin sa colère et son ardent désir de vengeance. Bref, une chorégraphie puissante qui fait honneur à son auteur.

J.M. Gourreau

Until the lions / Akram Khan, Grande Halle de la Villette, Paris, du 5 au 17 décembre 2016.