Alessandro Sciarroni / FOLK-S will you still love me tomorrow ? / Carré Silvia Montfort / Novembre 2014

Alessandro Sciarroni / FOLK-S will you still love me tomorrow ? / Mouvement perpétuel

Sciarroni 34 andreamacchiaSciarroni ph paolo porto

 

.

 

.

.

                          Photo Andréa Macchi                                                                                                                     Photo Paolo Porto

Alessandro Sciarroni :

Mouvement perpétuel

 

"Nous allons vous présenter une danse folklorique qui durera tant qu'il y aura quelqu'un pour la regarder ou tant qu'un danseur restera présent sur scène"... C'est avec un mélange d'inquiétude et de curiosité que le public accueillit ces paroles, prononcées par Alessandro Sciarroni lui-même sur scène après un court instant d'échauffement avec sa troupe dans la pénombre. Ne finirait-on pas par se lasser au bout de quelques dizaines de minutes voire même quelques minutes ? Et puis, qu'était-ce donc que cette danse folklorique autrichienne ou haut-bavaroise quasi-millénaire, le Schuhplattler, évoquée dans le programme ? La réponse est toute simple : une danse de couple collective sautillante au cours de laquelle les mains doivent alternativement frapper la jambe, le genou, la cheville ou la chaussure puis la cuisse opposée, tout en en tournant sur soi-même et en tapant des pieds et des mains au rythme de la musique... Une danse particulièrement acrobatique par conséquent, bien évidemment interprétée seulement par des hommes !

On conçoit aisément que ses exécutants puissent très vite se fatiguer. D'où la possibilité pour eux (d’ailleurs donnée par le chorégraphe) de s'arrêter à leur guise et de reprendre un peu plus tard la performance, liberté qui leur a permis de tenir sans s'écrouler durant... une heure trois quarts ! Un laps de temps sans doute fort long pour les danseurs mais bien évidemment aussi pour les spectateurs qui n'avaient d'autre chose à faire que de se caler profondément dans leur fauteuil en laissant leur esprit vagabonder… Ou, alors, de... quitter la salle ! Possibilité prévue par le protagoniste de l'œuvre mais qui ne se réalisa que partiellement, le public dans l'expectative espérant toujours qu’un évènement nouveau allait rompre la monotonie. Las ! Ce n'est pas lui qui eut le dernier mot, les danseurs abandonnant un à un les lieux, à bout de forces ! Ce qui était également prévu, fort heureusement pour eux d'ailleurs...

Quant au public, il ne lui resta qu'à méditer sur les conséquences de la performance, par exemple sur le nombre de claques sur les cuisses que s'étaient infligé les danseurs. A raison de 3 par seconde pendant 90 minutes, déduction faite des pauses et des moments de relâche, ce qui équivalait à peu près à la moitié du temps passé sur scène, cela va tout de même chercher dans les 4000 claques au cours de la soirée... De quoi faire circuler le sang dans les jambes ou de faire disparaître la cellulite ! Au fait, mesdames, cela ne vous tenterait pas de tenter l'expérience ?

J.M. Gourreau

FOLK-S will you still love me tomorrow ? / Alessandro Sciarroni, Carré Silvia Monfort, du 4 au 8 novembre 2014, dans le cadre du Festival d'automne à Paris.