Francesca Pennini / 10 miniballetti / Théâtre de Gennevilliers / Mai 2017

Francesca Pennini / 10 miniballetti / Hors normes

10 miniballetti 6 photo luigi gasparroni10 miniballetti 5 photo luigi gasparroni10 miniballetti 7 photo angelo pedroni

Photos L. Gasparroni et A. Pedroni

 

Francesca Pennini :

Hors normes

 

Elle est totalement atypique, hors normes... Mais elle nous scotche à notre siège.  La danse de Francesca Pennini, très gymnique, quasi géométrique, est cependant empreinte d'une poésie indicible. Le spectacle de cette jeune chorégraphe italienne, 10 miniballetti, est autobiographique et évoque, avec moult artifices, sa peur de la gent ailée - l'ornithophobie -  et, partant, le lien entre le vol et la perte de contrôle du corps. D'où la mise en scène durant toute une séquence sur la Gazza Iadra de Rossini d'un drone qu'elle dirigera au dessus du plateau et qui fera virevolter, pour l'éparpiller aux quatre coins de la scène dans un show un tantinet surprenant, le tas de plumes blanches qui trônait en son centre. Et tout à l'avenant.

Souvenirs d'enfance. Toute petite, elle couchait sur le papier ses chorégraphies. Aujourd'hui, elle les interprète. Ce solo débute par une incursion au sein du public devant lequel elle déclame: "inspiration, 4 temps; expiration 4 temps", ces temps de préparation nécessaires à la mise en condition pour la représentation. Puis, après un bref retour sur scène, elle se jette au cou d'une spectatrice assise au second rang. Sa maman ? Instant d'une tendresse infinie. The show must go on. On la retrouve alors sur la scène tantôt assise, tantôt allongée, tantôt redressée dans des positions gymniques très étudiées, pas nécessairement artistiques d'ailleurs. Sa souplesse est étonnante, les tableaux qu'elle compose aussi. On a parfois l'impression qu'elle cherche à étudier diverses possibilités de métamorphoser son corps. Elle interrogera ainsi successivement entre autres la pression, la viscosité, l'inertie et la symétrie, allusions à certaines des composantes de sa danse. Ainsi naitront 10 mini-ballets sur des musiques de Purcell, Bach, Frescobaldi, Romitelli, Ligeti et J. Strauss : au cours de cette dernière piécette sur sa Voci di Primavera, laquelle s'avérera particulièrement fascinante, elle recouvrira entièrement son corps nu de peinture noire, se transformant en un corbeau à la Hitchcock dans un nuage de fumée blanche du plus bel effet.  

Francesca Pennini est l'un des piliers fondateurs du "ColletivO CineticO", un collectif d'une cinquantaine de jeunes chorégraphes et artistes italiens de différentes disciplines fondé en 2007. Née en 1984 à Ferrara en Emilie-Romagne, elle débute sa carrière en tant que gymnaste avant d'aborder la danse contemporaine au Balletto di Toscana puis au Laban Center de Londres. Elle a entre autres travaillé pour Sasha Waltz & guests. Son art, très éclectique, épouse les codes et les règles de la performance, éprouvant la relation avec le spectateur. Elle a déjà créé une trentaine de pièces au sein de la compagnie et gagné de nombreux prix, entre autres le Giovani Danz’Autori award, le Rete Critica Award / Meilleur artiste italien 2014, le MESS / meilleure jeune metteuse en scène 2014. Elle a été nominée en tant que meilleure actrice-performeuse de moins de 35 ans pour le prix UBU en 2015 et elle gagne le Danza & Danza Award en tant que meilleure chorégraphe et interprète 2015. Le miniballetto N° 1 a été sélectionné par la plateforme NID (nouvelle plateforme de danse italienne pour la diffusion et la promotion de la meilleure création chorégraphique italienne) et classé comme l'un des 10 meilleurs spectacles de paperstreet 2014. 10 miniballetti a été présenté au T2G dans le cadre de la manifestation Italiani a parigi.

J.M. Gourreau

10 miniballetti / Francesca Pennini, Théâtre de Gennevilliers, du 14 au 17 mai 2017.