Josette Baïz / Guests / Théâtre de la Ville / Février 2015

Josette Baïz / Guests / Dans la cour des grands

Brilliant corners emanuel gat ce ucile martini

Concerto l childs guests 02 c martini 8434c

 

Photos Cécile Martini

 

 

 

            Brillant Corners / Emmanuel Gat                                                                                                         Concerto / Lucinda Childs 

Alban richard cecile martini

Tricksters / Alban Richard

.

Josette Baïz :

Dans la cour des grands

 

Leur jeunesse, leur entrain, leur enthousiasme, leur joie de danser sur l'une des plus grandes scènes de la place parisienne font plaisir à voir. C'est peut-être la récompense suprême, tant pour ces jeunes qui, avant d'être pris en main, ne songeaient qu'à faire les 400 coups dans les rues d'Aix en Provence ou des villes avoisinantes, que pour leur mère spirituelle, Josette Baïz, qui, à force de travail, de patience et de persévérance, leur a inculqué non seulement l'amour de la danse mais aussi et surtout celui du respect des autres et celui de la vie. Un résultat fabuleux quand on pense que les plus grands chorégraphes du moment, Lucinda Childs, Alban Richard ou Michel Kelemenis entre autres, acceptent sans se faire prier de consacrer une partie de leur temps pour les former, leur apprendre leur art, en faire de vrais professionnels.

Le nouveau spectacle que Josette Baïz leur a concocté est un patchwork de chorégraphies des grands noms de la danse contemporaine, Alban Richard, Dominique Bagouet, Wayne McGregor, Rui Horta, Emmanuel Gat ou Hofesh Shechter, un panorama d'un très grand éclectisme par conséquent. Il fallait voir cette jeune classe empoigner ces chorégraphies à bras le corps, chacune avec leurs difficultés propres, se les approprier avec conviction, maîtrise et élégance, comme si elles avaient été faites pour eux, sur eux. Il fallait les voir se laisser emporter par la musique, sauter, virevolter, donner le meilleur d’eux-mêmes avec une joie non dissimulée. Un intense moment de bonheur, bien évidemment partagé !

Parmi la dizaine de pièces chorégraphiques présentées, trois d’entre elles sortent à mon avis du lot et, tout d’abord, un extrait de Déserts d’amour du regretté Dominique Bagouet, retransmis par Michel Kéléménis. Une œuvre évanescente d’une poésie infinie, construite sur quelques divertimenti pour cordes de Mozart et interprétée par deux jeunes danseurs hors pair, Louna Delbouys Roy et Anthony Velay qui m’évoquaient le Petit Prince de Saint-Exupéry. Et puis, Concerto, de Lucinda Childs sur l’envoûtante partition répétitive éponyme du polonais Henryk Górecki, une musique ayant inspiré à la chorégraphe une de ses plus belles œuvres, interprétée, malgré les difficultés techniques dont elle est truffée, par sept jeunes danseuses avec une légèreté et une maîtrise étonnantes. Et, pour terminer, par quelques extraits du sombre et austère Uprising d’Hofesh Shechter, que nous avons pu voir à deux reprises en 2010 et 2012 par la Hofesh Shechter Company sur cette même scène, une œuvre d’une grande tension mais aussi d’une grande émotion, évoquant les émeutes de 2005 dans nos banlieues, non seulement magnifiquement interprétée mais aussi vécue par ces jeunes danseurs. Hallucinant.

J.M. Gourreau

Guests / Josette Baïz et le groupe Grenade, Théâtre de la Ville, du 4 au 8 février 2015.