Kader Attou / Opus 14 / Sceaux / Novembre 2014

Kader Attou / Opus 14 / Une énergie débridée

Kader attou opus14 ph michel cavalca 02Kader attou opus14 ph michel cavalca 01

.

.

 

Photos M. Cavalca

.

Kader Attou :

Une énergie débridée

 

Il est un peu dommage que Kader Attou se soit affranchi du fait de nous conter une histoire, comme il l'avait si bien fait dans son œuvre précédente, The Roots. Mais ce chorégraphe déteste s'enfermer dans un système, préférant explorer de nouvelles directions. Sa recherche le conduit aujourd'hui à développer l'idée de masse en mouvement, à étudier et mettre en valeur la notion d'individualité dans le groupe. Un concept beaucoup plus abstrait qui l'amène à utiliser des séquences imagées pour faire passer ce message. Il n'en demeure pas moins que Opus 14, sa quatorzième création par conséquent, est un véritable hommage au hip-hop, une œuvre extrêmement brillante qui tient en haleine le spectateur tout au long de la soirée. Par la virtuosité des danseurs tout d'abord, de véritables prodiges dont l'énergie a été canalisée par le chorégraphe. Par l'harmonie de la mise en scène et des décors d'Olivier Borne ensuite, dont nous avions déjà pu apprécier les talents lors de la dernière création du chorégraphe et qui, cette fois, peuvent suggérer tantôt une mer déchaînée, tantôt des dépôts de sel abandonnés sur le sol lors de leur évaporation, tantôt des dessins dans la roche tracés par les couches géologiques qui se sont déposées au fil des millénaires.

Sur le plan chorégraphique, le spectacle consiste à opposer d'étourdissantes performances en solo uniquement destinées à mettre en valeur les atouts et prouesses de chaque performer qui donne le meilleur de lui-même, fier d'avoir été choisi par le chorégraphe, à des scènes de groupe du plus bel effet magistralement mises en lumière par Denis Chapellon. Des tableaux sublimes au cours desquels on retrouve l'Homme aux prises aussi bien avec lui-même qu'avec l'adversité, des scènes faisant alterner sensualité charnelle et brutalité bestiale, certaines évoquant le Radeau de la méduse de Géricault avec le problème sous-jacent de l'immigration, d'autres le travail à la chaîne ou, encore, l'enfermement de l'Homme sous diverses formes, révélant l'engagement de leur auteur.

J.M. Gourreau

Opus14 m cavalca 5 copie 2

Opus 14 / Kader Attou, Les Gémeaux, Sceaux, du 6 au 9 novembre 2014.