Next zone et Phase T / Hautes tensions / La Villette / Avril 2012

Wanted Posse, Next zone et Phase T / Quand la danse rejoint le cirque / Hautes tensions

 

next-zone.jpg

wanted-posse.jpg

 

phase-t.jpg

                                  Next zone                                                          Phase T                                                              Wanted Posse

                                                                    Photos C. Raynaud de Lage

 

Wanted Posse, Next zone et Phase T:

   

 Quand la danse rejoint le cirque…

 

 

Les meilleurs œuvres dans un spectacle ne sont pas toujours celles que l’on attend, comme on vient de le voir avec « Wanted Posse » : sa création ne fut de loin pas aussi percutante que les autres œuvres présentées au même programme. Et pourtant, cette compagnie de hip-hop, qui a vu le jour en 1993, a raflé de nombreuses récompenses et a reçu notamment le titre de champion du monde de break dance au Battle of the year 2001 à Braunschweig, en Allemagne… Mais (R)évolution, une pièce de novembre 2011 que le public attendait avec une certaine impatience, ne s’est pas révélée posséder toute la prestance et l’éclat qu’elle aurait pu avoir. Un thème pourtant intéressant à deux titres, celui de la révolution sous toutes ses formes, depuis la révolte suite à une punition injuste jusqu’à l’acte révolutionnaire collectif d’essence politique, et celui de l’identité individuelle et collective. Mais l’œuvre pêche par son manque d’unité, une ligne conductrice trop ténue et une mauvaise utilisation de l’espace, les danseurs étant parfois perdus sur un plateau trop grand pour eux. Certes, leur technique est irréprochable et leurs évolutions dignes d’intérêt mais elles sont plus utilisées comme un faire valoir que mises au service de l’argumentaire choisi. Et que dire de cette fin en queue de poisson nous laissant sur notre faim ?

« Next Zone » est une compagnie danoise que les Rencontres de la Villette avaient déjà accueillie en avril 2009. Elle revient aujourd’hui, forte de six danseurs, dans une chorégraphie étonnante de Lene Boel sur Le Sacre du printemps de Stravinsky. Que l’on se rassure : Tribe/ritual # 3 n’est pas une énième version de l’œuvre de ce célèbre compositeur dont elle n’utilise que partiellement la partition, réarrangée d’ailleurs par Rex Casswell, mais plutôt une exploration de l’univers du rituel, de la symbiose des individualités dans le partage d’un rite commun. Bien évidemment, les forces vitales et l’énergie des danseurs sont issues de la terre, comme l’a exprimé Stravinsky dans sa musique, et il faut dire que Lene Boel a parfaitement su exploiter les rythmes sauvages par une chorégraphie très physique, à la frontière entre le cirque et la danse. Des figures ahurissantes, des prouesses et une virtuosité que l’on avait rarement vues jusqu’alors. Malheureusement, elle n’a pas toujours su trouver les liens permettant de les enchaîner sans rupture, et l’œuvre a pu parfois paraître un peu décousue.

En sandwich entre ces deux pièces, un petit bijou de 13 minutes, Trop tard, offert par le groupe « Phase T ». Un collectif de huit breakers né en 2007 qui s’est axé sur les grands problèmes actuels de l’humanité, traitant aujourd’hui des conséquences de la pollution, de la déforestation, du manque d’eau et du réchauffement climatique dont l’Homme a certes pris conscience mais trop tard. Une œuvre là encore faisant étalage de la virtuosité des danseurs - je n’en veux pour seul exemple que cette glissade sur la tête d'un breaker à la verticale, les pieds en l’air - mais mise cette fois au service d’une réelle chorégraphie et, surtout, d’une fort belle mise en scène mettant en avant le sens artistique, architectural notamment, de leurs auteurs, servi de plus par de fort beaux éclairages. Une compagnie qui fera, sans doute, à nouveau parler d’elle prochainement.

J.M. Gourreau 

Tribe/ritual # 3 / Next zone, Trop tard / Phase T, (R)évolution / Wanted Posse, La Villette, Paris, dans le cadre du festival Hautes Tensions, du 20 au 22 avril 2012.