Tomeo Vergés / Incisions / Atelier Carolyn Carlson / Juin 2015

Tomeo Vergés / Incisions / Un univers invivable

Dscn0042 1Dscn0022 verges t troubles du rythme incisions 01 atelier de paris carolyn carlson 16 06 15Dscn0096 copie 2Dscn0091Dscn0114Dscn0131 1

Photos J.M. Gourreau

Tomeo Vergés :

Un univers invivable

 

Voilà maintenant trois ans que Tomeo Vergés avait créé Anatomia publica, une pièce un tantinet surréaliste qui évoquait un pan de son enfance ou, plutôt, celle de ses grands parents. Parti en guerre et ne voyant pas son époux revenir à l’issue de celle-ci, sa grand-mère se remarie. Quelques années plus tard, son mari réapparait et revient à la maison pour trouver sa femme avec son nouveau compagnon. A l’encontre de ce que l’on aurait pu croire, tout ce petit monde décide, tant bien que mal, de vivre ensemble.*

Il faut croire que cette situation ubuesque ait réellement tourmenté le chorégraphe puisqu’il décide de prolonger ce fait divers par deux autres pièces, la première, intitulée Troubles du rythme, évoquant les inévitables scènes de ménage à répétition engendrées par cette situation, et la seconde, Syndrome amnésique avec fabulations, interrogeant les liens entretenus par ces deux hommes vivant sous le même toit avec leur unique épouse. Un triptyque pour le moins burlesque mais fort précis, superbement mis en scène et chorégraphié par son auteur, lequel grâce à une gestuelle répétitive et stroboscopée, est parvenu à décortiquer et dépeindre le processus obsessionnel avec un réalisme étonnant, donnant littéralement froid dans le dos… Des pulsions réfrénées, des mouvements spastiques, mécanisés, décomposés, répétés à l’infini, qui finissent par devenir hypnotisants, traduisant l’altération profonde et irréversible de l’esprit de leurs protagonistes, dédoublés pour la circonstance (Julien Lacroix, Sébastien Laurent, Alvaro Morell et Christian Ubl), lesquels conduiront progressivement à l’irréparable. Une analyse fine, poussée, magnifiquement interprétée d’une névrose soulignée par les rythmes sonores délibérément obsessionnels eux aussi de Thomas Fernier et Pierre Boscheron, plongeant le spectateur dans un univers le conduisant peu à peu dans le monde fort réaliste de la déchéance, de l’alcoolisme et de la folie.

J.M. Gourreau

Incisions (triptyque composé de Anatomia publica, Troubles du rythme, Syndrome amnésique avec fabulations) / Tomeo Vergés, Atelier de Paris Carolyn Carlson, 16 juin 2015, dans le cadre des June Events.

*voir l’analyse de ce spectacle dans ces mêmes colonnes en date du 14 juin 2012.