François Chaignaud et Cécilia Bengolea / Castor et Pollux / Une danse stellaire

castorpollux1-photo-donatien-veismann.jpg

                                                                          Photo D. Veisman

François Chaignaud et Cécilia Bengolea :

 

Une danse stellaire

  

Une pièce pour spectateurs allongés… Au fond, pourquoi pas ? Le propos, il est vrai, le justifiait mais il fut carrément relégué au second plan face au dispositif scénique qui invitait les ballétomanes conviés à contempler et déguster la représentation confortablement étendus côte à côte avec leurs voisins sur un moelleux tapis de sol, la tête reposant sur un oreiller non moins moelleux… Car le ballet se déroulait dans le ciel ou, plutôt, dans les cintres, deux danseurs évoluant au dessus de leur tête, parfois à moins d’un mètre au dessus d’eux, suspendus à d’invisibles filins… Situation inattendue et, pour le moins, surprenante, voire déroutante mais réellement fascinante, dans laquelle le public était dépossédé de tout repère !

L’histoire évoquée est celle de Castor et Pollux, héros de la mythologie grecque, symboles de l’amitié indéfectible, condamnés cependant à errer sans jamais pouvoir se croiser entre l’Olympe et les enfers. En scène donc, des corps en perpétuel déséquilibre à la recherche non seulement d’une rencontre qui s’avérera bien évidemment éphémère mais aussi d’une certaine stabilité impossible à trouver. S’en suit, durant 50 minutes, un ballet aérien du plus bel effet qui n’est pas sans évoquer celui de trapézistes dans l’arène d’un cirque mais sans trapèze ni filet… Des figures impressionnantes, arabesques spatiales imprimées depuis le sol par quatre manipulateurs tenant entre leurs mains la destinée des deux danseurs. Un spectacle hypnotique qui, bien que mettant l’accent sur les lois de la pesanteur et la fragilité des corps suspendus dans le vide, faisait malheureusement oublier les propos initiaux de ses choréauteurs, l’histoire des deux Dioscures de l’Iliade, auxquels Rameau consacrera une tragédie lyrique qui porte leur nom.

 J.M. Gourreau 

Castor et Pollux / François Chaignaud et Cécilia Bengolea, Théâtre de Gennevilliers, Novembre 2011, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris.

François Chaignaud et Cécilia Be

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau