LeeLa Petronio & Keith Terry / Tapage nocturne / International body music festival / Un Nouveau festival

P1140760P1140806 1P1150035 

Photos J.M. Gourreau

 

Leela Petronio & Keith Terry :

Un nouveau festival

 

Qu’évoquent, pour vous, les mots de « Body Music » ? de la musique, de la danse ou les deux ? La traduction littérale de ce concept, musique corporelle, est en effet ambiguë. S’agit-il de musique du corps ou de musique avec le corps ? C’est en fait une forme d’expression, un « carnaval anatomique, selon le Wall Street Journal, où les mains, les doigts, les pieds, le ventre, le croupion (sic) et les bouches, s’engagent dans un ballet musical sans fin ». A en juger par ce Tapage nocturne qui vient de nous être servi à la Maison des métallos à Paris en ouverture de l’International Body Music Festival sous la direction de Leela Petronio et de Keith Terry, cette définition reflète assez bien ce que représente cette discipline novatrice née en 2006 et, actuellement, en pleine effervescence et développement, tant en France qu’à travers le monde. Il s’agit en fait d’un heureux mixage entre claquettes, danse hip-hop, percussions corporelles et chant, « véhicule d’un vrai message d’universalité, fédérant les publics et les générations autour d’une discipline alliant rythme, mouvement et musicalité ».

Bon, voilà qui est dit. Ce mélange de genres où virtuosité rime avec jeunesse et entrain, laisse souvent une grande place à l’originalité et à la performance, où l’on s’aperçoit, entre autres, que toutes les parties de notre corps peuvent être utilisées pour faire de la musique, pardon, du bruit… Bien évidemment, le spectacle provient de la façon dont sont produits ces bruits, leur vitesse d’exécution, leur siège, leur intensité… et les simagrées qui les accompagnent, lesquelles varient selon la personnalité de leur(s) exécutant(s) ! Que sont donc ces bruits qui permettent de retenir en haleine les spectateurs durant une heure trente, voire 2 heures ? Des frottements, claquements, battements… rythmés mis en résonance avec d’autres parties du corps, la bouche ou le ventre par exemple, parfois agrémentés de contorsions clownesques, de sons gutturaux, d’onomatopées voire même de chants, prestations dans lesquelles le côté spectaculaire de l’exécution est mis en avant. Les propositions, aussi riches que singulières et variées, dépendent de la culture et de l’inventivité des exécutants, lesquels sont issus du monde entier, entre autres, pour ce festival, de France, d’Espagne, des USA, de Turquie, de Grèce, de Cuba, d’Allemagne, d’Italie, du Canada, du Brésil, du Chili, d’Israël… D’où une certaine inégalité des prestations proposées…

P1140938P1140894P1140926Et la danse là dedans ? Partant du principe que tout mouvement peut, dans certaines circonstances, devenir de la danse, notamment sous l’effet de son rythme, de sa cyclicité et de l’énergie qui lui est commise, la danse était présente à tout moment, bien qu’instinctive et non écrite. Et, ma foi, l’éclectisme des propositions, la malice et l’humour qui les soutenaient, la virtuosité des exécutants, la parfaite maîtrise de leurs mouvements, ont évité une certaine monotonie, voire un ennui certain qui, cependant, naquirent à la fin de la représentation, ce qui pouvait s’avérer compréhensible lorsque l’on sait que durée du spectacle, lors de la soirée d’ouverture du festival, avoisina 2 heures sans entracte, durée qui, bien sûr, n’était pas celle prévue à l’origine…

J.M. Gourreau

LeeLa Petronio & Keith Terry / Tapage nocturne / International Body Music Festival, Maison des métallos, Paris, sous la direction de LeeLa Petronio et de Keith Terry, du 17 au 23 octobre 2016.

 

LeeLa Petronio & Keith Terry / International body music festival / Maison des métallos / Octobre 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau