Les Ballets Trockadero de Monte-Carlo / Un régal

 

Ballets Trockadero de Monte-Carlo :

ballets-trockadero-swan-lake-01-sans-signature.jpgballets-trockadero-go-for-barocco-l.jpg 

 

 

 

 

 

                    Le Lac des Cygnes                                                                                                                           Go for barocco

 

Un régal !

 

Il n’est pas besoin de connaître tous les arcanes du ballet classique pour goûter à gorge déployée la fabuleuse satire que les Ballets Trockadero – qui, soit dit en passant, ne sont pas de Monte-Carlo mais de New York – nous offrent sur la scène des Folies Bergère. Bien sûr, les ballétomanes aguerris, adeptes du ballet classique et connaissant parfaitement les chorégraphies traditionnelles du Lac des cygnes pour ne citer que cette œuvre, auront un avantage sur les autres spectateurs car ils pourront se délecter en se livrant au petit jeu des comparaisons. Mais dès les premières images du ballet, le public, quelle que soit sa culture, on comprend très vite que vont défiler devant ses yeux tous les incidents, avatars et catastrophes qui peuvent se produire lors de la préparation d’un ballet ou survenir au cours de son exécution sur scène. Ce pourrait à la fin être lassant. Ça ne l’est point, les chorégraphes et metteurs en scène ayant pris soin de distiller avec un art consommé gags et grimaces en les soulignant au bon moment, et ce le plus naturellement du monde. Ce qui ne les empêche toutefois pas de glisser de ci de là quelque grotesque plus appuyé, depuis le malencontreux croche-pied à l’origine de chutes en série, jusqu’à la malicieuse tape sur les fesses de sa partenaire…

Mais là n’est pas l’intérêt essentiel de ce spectacle, caricature de l’art de Terpsichore. Tous les artistes de cette compagnie, fondée en 1974, sont en effet des… hommes ! Lesquels interprètent indifféremment les rôles masculins et, bien évidemment, féminins. Leur maquillage est tellement parfait que, si ce n’était leur morphologie, il serait très difficile de deviner que, sous l’apparence d’une (relativement) frêle ballerine, se cache en réalité un mâle dans toute sa virilité ! Le plus étonnant est que, dans leur cas, l’habit va jusqu’à faire le moine car ils ont pour la plupart acquis la virtuosité de la danseuse-étoile et maîtrisent parfaitement la technique des pointes de sorte qu’elle n’a désormais plus de secret pour eux… Mais pas seulement. En effet, dans les passages – heureusement assez nombreux – où il ne leur est pas donné de faire le pitre, ils s’avèrent de remarquables danseuses ! Je n’en veux pour exemple que les fameux 32 fouettés du Lac des Cygnes, magistralement interprétés et qui ont à juste titre valu à « la » protagoniste des tonnerres d’applaudissements !

Les « Trocks », comme on les surnomme familièrement, se produisent régulièrement depuis 1976 à Paris dans un programme toujours renouvelé. Si leur ballet fétiche reste bien évidemment Le Lac des cygnes dans la chorégraphie de Lev Ivanov, il nous a été donné de découvrir cette année de nouvelles parodies du répertoire classique, toutes dans le même esprit et magistralement exécutées. En particulier Valpurgeyeva Noch sur une partition musicale de Charles Gounod, et Go for barocco sur le Concerto barocco de Bach – Balanchine, ce avec force sourires en coin, grimaces, décalages volontaires et gestes de colère ou de désespoir d’une grande emphase, témoignant d’un art consommé du théâtre. Fascinant.

ballets-trockadero-the-dying-swan-photo-sascha-vaughn.jpgJ.M. Gourreau

Photo S. Vaughn

Les Ballets Trockadero de Monte-Carlo, Folies Bergère, du 25 Septembre au 7 Octobre 2012.

Ballets Trockadero de Monte-Carlo / Folies Bergère / Sept. - Oct. 2012

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau