Nicole Mossoux - Patrick Bonté / Histoire de l'imposture / Nous sommes tous des imposteurs

Mossoux bonte thibaultgregoire hd 1Mossoux bonte thibaultgregoire hd 9


.
.

. . .Photos Thibault Grégoire 

.
.

.

Mossoux bonte thibaultgregoire bd 5

Nicole Mossoux - Patrick Bonté :

Nous sommes tous des imposteurs

 

Il faut les voir engoncés dans leurs atours défraîchis d'un siècle révolu, dans leurs postures artificielles stéréotypées, un sourire factice au coin des lèvres. Et pourtant ils se pavanent, ils se croient beaux comme des dieux... On en rit sous cape. Mais, au fond, s'est-on bien regardé ? Ne serait-on pas comme eux, nous qui nous gaussons du fond de la salle ? Peu à peu, la vérité éclate au grand jour: nous sommes tous des imposteurs ! Rien cependant ne le laissait prévoir à l'heure où nous sommes venus au monde, tout nus. Mais tant la société que les "bonnes manières" qui en découlent - le qu'en dira t'on en fait - nous ont contraint à perdre notre innocence, à nous vêtir, à adopter une gestuelle stéréotypée, donc à paraître plus qu'à être... Et, comme le disait fort justement Roland Gori dans un ouvrage magistral intitulé La fabrique des imposteurs, à devenir "un authentique martyr de notre environnement social, maître de l'opinion, éponge vivante des valeurs de son temps, fétichiste des modes et des formes".

Ils sont cinq sur le plateau, tous différents, au centre d'un "ring" blanc reflétant la lumière des projecteurs. Est-ce leur aire de vie, la piste d'un défilé de mode ou un studio de photographe crépitant de flashes aveuglants, fixant pour l'éternité ce qu'ils cherchent à être sur le moment ? Tout à la fois sans doute. Et les chorégraphes de nous faire toucher du doigt qu'aussi loin que l'on puisse remonter dans le temps, il en a toujours été ainsi, comme on peut s'en rendre compte sur les toiles de certains peintres maniéristes du 16ème siècle dont ils se sont inspirés. Mais peut-on et pourra t'on toujours faire semblant ? Pourra t'on perpétuellement vivre dans le simulacre ou le mensonge ? Pourra t'on indéfiniment jouer à être l'autre dans notre solitude ? Cette comédie humaine n'engendre t'elle pas la jalousie à l'origine de luttes fratricides et de mort ?

Comment alors échapper à l'engrenage ? Sûrement pas en se voilant la face. Seule solution, s'y soustraire par l'énergie de pulsions qui nous éjectent du problème, laisser parler ses instincts primitifs, se libérer des contraintes... Et c'est par une danse sauvage, une sorte de sabbat démoniaque envoûtant que se termine cette œuvre magistralement enlevée, sans doute le moment le plus fascinant de ce spectacle-reflet de nos comportements, qui donne matière à réfléchir...

J.M. Gourreau

Histoire de l'imposture / Nicole Mossoux - Patrick Bonté, Théâtre de Châtillon, 12 décembre 2014.

Mossoux - Bonté / Histoire de l'imposture / Châtillon / Décembre 2014

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau