Robin Orlin / ...have you hugged, kissed and respected your brown Venus today / La Vénus hottentote

22-have-you-hugged-kissed-and-respected-your-brown-venus-today-philippe-laine.jpg

                                                                             Photo P. Lainé

Robyn Orlin :

 

La Vénus hottentote

 

Ce n’est pas un hasard si Robyn Orlin a choisi de rendre hommage en France à Saartjie Baartman, la Vénus hottentote. Son histoire est en effet révélatrice de la façon dont les européens traitaient jadis les Africains, peuples considérés il y a encore un siècle comme représentants d’une  race inférieure. Née aux environs de 1789 dans une ethnie sud-africaine au sein du peuple Khoikhoï, Sawtche Baartman est vendue à l’âge d’une vingtaine d’années comme esclave et emmenée en Europe. Sa morphologie extraordinaire – hypertrophie des hanches et des fesses, organes génitaux proéminents – la conduisent sur des foires d’Angleterre, de Hollande et de France où elle est exhibée en cage ou comme objet sexuel par le montreur d’animaux exotiques Réaux qui fera payer 3 francs pour la contempler nue, voire la toucher... Objet d’études pour les scientifiques et les peintres, un moulage de son corps sera réalisé à sa mort en 1915 par l’anatomiste - chirurgien Georges Cuvier qui conservera en outre son squelette et certains de ses organes dans le formol… lesquels seront exposés dans la galerie d’anthropologie physique du Musée de l’Homme à Paris jusqu’en 1974. Devenue figure emblématique pour les Sud-Africains, sa dépouille sera réclamée à la France par son peuple qui ne lui la restituera qu’en 2002. Ses restes seront purifiés et brûlés sur un lit d’herbes sèches, selon les rites de sa communauté dans sa province natale, près du Cap. Saartjie (alias Sara) symbolise donc aussi l’attitude revendicative des peuples autochtones quant à la récupération de leurs biens, tant culturels que symboliques.

Une histoire qui intéressait donc à divers titres Robyn Orlin et qu’elle a rapporté à sa manière avec force et conviction, non tant par la danse que par un mélange de théâtre, de cabaret et de happening. Le public est en effet accueilli par cinq matrones dispersées dans le public qui le haranguent, l’une hurlant « J’espère que vous n’allez pas me vendre à Londres… » et une autre, comme apeurée : « Je suis marron, pas noire… » En fait, le spectacle se déroulera à moitié dans la salle, à moitié sur la scène, l’histoire de la Vénus hottentote étant déclinée simultanément sur des images de Philippe Lainé par cinq artistes rompues aux divers arts de la scène, danse, théâtre et chant, l’une d’elles, la soprano dramatique Angela Renée Simpson ayant d’ailleurs une voix d’une chaleur et d’une gravité à vous couper le souffle.

Artiste fortement engagée, Robin Orlin qui a vécu l’apartheid a toujours considéré les arts du spectacle comme un moyen d’expression politique. Cette pièce met à nouveau en exergue les souffrances et les injustices subies par son peuple que Cuvier jugera péremptoirement « condamné à une éternelle infériorité… »

J.M. Gourreau

 

…have you hugged, kissed and respected your brown Venus today / Robyn Orlin, Théâtre de la Ville, Novembre - Décembre 2011.

Robin Orlin / ...have you hugged kissed and respected your brown

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau