Saburo Teshigawara / The Idiot / Un nouveau défi savoureux

Theidiot 04 abe akihito

 

Saburo Teshigawara :

Un nouveau défi savoureux

 

Décidément, Saburo Teshigawara est un personnage déroutant, d’une créativité sans bornes et qui ne se présente jamais là où on l’attend, témoignant d’un étonnant éclectisme. Comme à son habitude, il ne livre jamais à son public la moindre piste qui puisse expliciter sa pensée, son art. Seul le titre de sa pièce peut-il mettre le spectateur sur la voie. C’est à nouveau le cas avec The Idiot, sa dernière création, tirée du célèbre roman éponyme, L’idiot, de Dostoïevski, publié pour la première fois en feuilleton entre 1868 et 1869 dans Le Messager russe. L'histoire est celle du prince Mychkine, victime de crises d’épilepsie, qui après avoir passé une grande partie de sa vie en Suisse pour recevoir les soins adéquats à sa maladie, revient à Saint-Pétersbourg pour retrouver une de ses parentes éloignées, la générale Epantchine : celle-ci va l’introduire dans la Haute Société russe, totalement corrompue comme il se doit, société que le prince va déstabiliser par sa naïveté, sa candeur et sa bonté. Une œuvre à nombreux rebondissements que, bien évidemment, Teshigawara ne va pas s’efforcer de retraduire dans son duo avec Rihoko Sato, se limitant à évoquer seulement ses relations tumultueuses avec Nastassia Filippovna, une jeune fille orpheline recueillie tout enfant par la générale. Le pas de deux qui en ressort, d’une grande sobriété, met en valeur les sentiments et émotions qui animent ces deux personnages par le truchement d’une gestuelle très expressive qui fait ressortir la diversité et la complexité des sentiments qui animent l’âme des deux protagonistes de la pièce.

Teshigawara cependant ne se lance pas dans un ballet narratif. « Je savais qu’il était impossible de créer une chorégraphie tirée d’un tel roman », a-t-il avoué en évoquant son œuvre. « Mais cette impossibilité a été la clef pour approcher et créer quelque chose de complètement neuf. Une danse qui existe seulement dans l’instant présent ». Pas tout à fait cependant, car il reste gravées dans la mémoire du spectateur des images d’une beauté inouïe du fait de leur épure et de leur fluidité. Un manège au cours duquel le prince exprime avec force et conviction la profondeur des sentiments qui jaillissent de son être : tantôt son amour pour sa jeune compagne, ce d’une manière radieuse et avec une étonnante jeunesse ; tantôt ses tourments et son désespoir lorsqu’il est éconduit, tel un pantin misérable aux gestes saccadés, investi par les tremblements spastiques qui révèlent son infirmité. Sentiments d’ailleurs exacerbés par la survenue inquiétante d’un rat dans une atmosphère crépusculaire glaçante, accentuant le malaise que l’on peut ressentir.

The idiot 18 festival d automne chaillot saburo teshigawara 14b 768x873The idiot 03 aya sakaguchiThe idiot 18 festival d automne chaillot saburo teshigawara 10b 768x768

Photos Abe Akihito & Aya Sakaguchi

 

Comme à l’habitude chez ce chorégraphe, tout est étudié avec le plus grand soin, et chaque détail a son importance. La gestuelle, très théâtrale, toujours significative, ciselée comme un joyau, fait corps avec la partition musicale. Elle emprunte son vocabulaire tant à la danse classique qu’à la danse contemporaine ou au hip-hop, tout en se parant d’un zeste de théâtre nô. L’expressivité de cette œuvre qui oppose un homme fougueux et maladroit à une femme  d’une grâce et d’une fluidité incommensurables, personnage magistralement interprété par Rihoko Sato d’ailleurs, est encore accentuée par des lumières et une mise en scène de son cru, en parfaite accord avec le propos. Une œuvre magistrale qui révèle une nouvelle facette de son auteur.

J.M. Gourreau

The Idiot / Saburo Teshigawara, Théâtre National de la Danse Chaillot, du 27 septembre au 5 octobre 2018. Spectacle créé à Tokyo en juin 2016 et donné dans le cadre de la 47ème édition du Festival d’automne à Paris, à l’occasion de « Japonismes 2018 », manifestation qui marque le 160ème anniversaire des relations franco-japonaises.

 

 
Ajouter un commentaire